Cameroun: le taux de vaccination contre la Covid-19 demeure toujours très faible

AA / Lomé, Togo. Le ministre camerounais de la Santé, Manaouda Malachie, a souligné les difficultés et les enjeux de la couverture sanitaire universelle et de la vaccination contre le coronavirus lors d’une séance plénière extraordinaire, tenue dans la journée du mercredi, à l’Assemblée nationale.

« Le taux de vaccination contre la Covid-19 est encore très faible. L’objectif global de l’introduction du vaccin anti-Covid-19 est de vacciner au moins 80 % des populations vulnérables à l’horizon décembre 2021 », a déclaré Manaouda Malachie, dont les propos ont été rapportés par la télévision nationale.

Cependant, face aux parlementaires, il a déclaré que les 25 000 personnels de santé à la disposition de son ministère sont insuffisants pour fournir des services de santé adéquats à l’échelle nationale.

« Pour un service efficace », a-t-il déclaré, le secteur de la santé a besoin de « plus de 75 000 agents de santé » ainsi que « d’experts de la santé dans plusieurs domaines ».

Selon Malachie, l’État camerounais fait face à « de nombreuses contraintes » et ne peut pas penser dans l’immédiat à la mise à niveau du personnel de santé.

« Mais nous sommes favorables à cette idée », a-t-il déclaré.

Suite à la recommandation du député David Nanfouo sur la consommation des produits traditionnels de la pharmacopée, le responsable de la santé publique a déclaré « il faut procéder avec une grande prudence ».

Malachie a déclaré que les Camerounais qui ont été inoculés avec les vaccins, jusqu’à présent, « se portent bien ».

« Je pense qu’ils sont moralement plus en sécurité que ceux qui n’ont pas été vaccinés », a-t-il déclaré.

Avec plus de 80 000 cas de COVID-19 confirmés à la date du 11 juin, un taux de guérison de 96 % et un taux de létalité de 1,6 %, le Cameroun prévoit d’intensifier et d’étendre sa campagne de vaccination.

Du 7 au 11 juin, Malachie prévoit d’étendre la cible de la campagne de vaccination à toutes les personnes de plus de 18 ans, ce qui changera de la campagne actuelle, lancée le 11 avril de cette année, ciblant le personnel de santé et les personnes de plus de 50 ans.

Le ministre compte également sur les agents de santé communautaires pour visiter les ménages, sensibiliser et multiplier les centres de vaccination.

La gestion de la crise en général et plus particulièrement la gestion des fonds alloués à la lutte contre la pandémie au Cameroun par le Fonds monétaire international (FMI) sont un leitmotiv quotidien dans la presse locale. Des soupçons de détournement de fonds et de malversations de ces fonds ont été soulevés dans un scandale baptisé « Covidgate ».

En avril 2021, Human Rights Watch (HRW) a demandé aux autorités camerounaises de mener une enquête « crédible ». Cette demande fait suite à l’annonce par le gouvernement de la création d’un groupe d’audit et à l’ouverture d’une information judiciaire sur les présumés acteurs et complices de malversations.

« Le manque de transparence et d’indépendance des agences gouvernementales au Cameroun pose un défi important à la crédibilité de ces processus et au respect des procédures », a déclaré Human Rights Watch.

Depuis le début de la pandémie, le montant d’argent perçu des donateurs en Afrique pour gérer la crise sanitaire est plus précis que ce que suggèrent les rapports de gestion, selon les diverses enquêtes menées à ce propos.

Hormis le Cameroun, des millions de dollars destinés à l’achat de matériel médical ont « disparu » au Kenya. Au Malawi, plusieurs responsables ont été arrêtés pour détournement de millions d’euros, tandis qu’en Afrique du Sud, le phénomène des « Covidpreneurs » a mis le projecteur sur la corruption qui gangrène la lutte contre la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a quant à elle récemment exprimé sa préoccupation face à l' »augmentation » des cas de Covid-19 sur le continent.

Selon Matshidiso Moeti, directeur du bureau de l’OMS pour l’Afrique, « la trajectoire de la courbe qui tend vers une augmentation des cas donne à réfléchir et devrait inciter tout le monde à agir dans l’urgence ».

* Traduit de l’anglais par Mounir Bennour.

AA / Lomé, Togo

Le ministre camerounais de la Santé, Manaouda Malachie, a souligné les difficultés et les enjeux de la couverture sanitaire universelle et de la vaccination contre le coronavirus lors d’une séance plénière extraordinaire, tenue dans la journée du mercredi, à l’Assemblée nationale.

« Le taux de vaccination contre la Covid-19 est encore très faible. L’objectif global de l’introduction du vaccin anti-Covid-19 est de vacciner au moins 80 % des populations vulnérables à l’horizon décembre 2021 », a déclaré Manaouda Malachie, dont les propos ont été rapportés par la télévision nationale.

Cependant, face aux parlementaires, il a déclaré que les 25 000 personnels de santé à la disposition de son ministère sont insuffisants pour fournir des services de santé adéquats à l’échelle nationale.

« Pour un service efficace », a-t-il déclaré, le secteur de la santé a besoin de « plus de 75 000 agents de santé » ainsi que « d’experts de la santé dans plusieurs domaines ».

Selon Malachie, l’État camerounais fait face à « de nombreuses contraintes » et ne peut pas penser dans l’immédiat à la mise à niveau du personnel de santé.

« Mais nous sommes favorables à cette idée », a-t-il déclaré.

Suite à la recommandation du député David Nanfouo sur la consommation des produits traditionnels de la pharmacopée, le responsable de la santé publique a déclaré « il faut procéder avec une grande prudence ».

Malachie a déclaré que les Camerounais qui ont été inoculés avec les vaccins, jusqu’à présent, « se portent bien ».

« Je pense qu’ils sont moralement plus en sécurité que ceux qui n’ont pas été vaccinés », a-t-il déclaré.

Avec plus de 80 000 cas de COVID-19 confirmés à la date du 11 juin, un taux de guérison de 96 % et un taux de létalité de 1,6 %, le Cameroun prévoit d’intensifier et d’étendre sa campagne de vaccination.

Du 7 au 11 juin, Malachie prévoit d’étendre la cible de la campagne de vaccination à toutes les personnes de plus de 18 ans, ce qui changera de la campagne actuelle, lancée le 11 avril de cette année, ciblant le personnel de santé et les personnes de plus de 50 ans.

Le ministre compte également sur les agents de santé communautaires pour visiter les ménages, sensibiliser et multiplier les centres de vaccination.

La gestion de la crise en général et plus particulièrement la gestion des fonds alloués à la lutte contre la pandémie au Cameroun par le Fonds monétaire international (FMI) sont un leitmotiv quotidien dans la presse locale. Des soupçons de détournement de fonds et de malversations de ces fonds ont été soulevés dans un scandale baptisé « Covidgate ».

En avril 2021, Human Rights Watch (HRW) a demandé aux autorités camerounaises de mener une enquête « crédible ». Cette demande fait suite à l’annonce par le gouvernement de la création d’un groupe d’audit et à l’ouverture d’une information judiciaire sur les présumés acteurs et complices de malversations.

« Le manque de transparence et d’indépendance des agences gouvernementales au Cameroun pose un défi important à la crédibilité de ces processus et au respect des procédures », a déclaré Human Rights Watch.

Depuis le début de la pandémie, le montant d’argent perçu des donateurs en Afrique pour gérer la crise sanitaire est plus précis que ce que suggèrent les rapports de gestion, selon les diverses enquêtes menées à ce propos.

Hormis le Cameroun, des millions de dollars destinés à l’achat de matériel médical ont « disparu » au Kenya. Au Malawi, plusieurs responsables ont été arrêtés pour détournement de millions d’euros, tandis qu’en Afrique du Sud, le phénomène des « Covidpreneurs » a mis le projecteur sur la corruption qui gangrène la lutte contre la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a quant à elle récemment exprimé sa préoccupation face à l' »augmentation » des cas de Covid-19 sur le continent.

Selon Matshidiso Moeti, directeur du bureau de l’OMS pour l’Afrique, « la trajectoire de la courbe qui tend vers une augmentation des cas donne à réfléchir et devrait inciter tout le monde à agir dans l’urgence ».

Par AA. * Traduit de l’anglais par Mounir Bennour.



Seulement une partie des dépêches, que l’Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l’AA, de manière résumée. Contactez-nous s’il vous plaît pour vous abonner.

La plateforme Covid19.CM n’accepte pas de publicité. Cette initiative de l’association Smart Click Africa compte sur des subventions et des dons individuels de personnes comme vous pour pouvoir fournir un contenu de qualité et lutter véritablement contre les Fake News sur la Covid-19 en apportant  la bonne info aux populations au sujet de l’actualité liée à cette pandémie. Vous pouvez effectuer votre don en ligne via PayPal à l’adresse Paypal.me/SmartClickAfrica .  Vous pouvez également donner via les comptes MTN Mobile Money : +237 674  69 65 69 et Orange Money : +237 699 55 77 88. Si vous préférez donner par chèque, envoyez-le à l’attention du compte : « Smart Click Africa », Yaoundé, Boite Postale : 806. Ecrivez-nous à contact@smartclickafrica.org après l’envoi, quel que soit le moyen d’envoi utilisé. Merci d’avance !

Naviguez par Tags :

Articles similaires

Lutte contre le Covid-19: Le personnel du Minfopra reçoit son vaccin

Lutte contre le Covid-19: Le personnel du Minfopra reçoit son vaccin

Le ministre de la fonction publique et de la réforme administrative Joseph Le aux côtés de son homologue de la santé Malachie Manaouda a procédé le 17 septembre 2021 au lancement officiel de la campagne de sensibilisation du personnel de son département ministériel au...

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.